Ce site utilise des cookies pour vous offrir un service plus personnalisé et mieux adapté à vos besoins. En naviguant sur ce site, vous acceptez l’utilisation de nos cookies. Veuillez lire notre Déclaration de protection des données en ligne si vous souhaitez davantage d’informations sur les cookies que nous utilisons et sur la manière de les supprimer ou de les bloquer.

Étude BDO des conseils d'administration 2020

15 juin 2020

Pour la première fois, l'étude BDO des conseils d'administration a examiné divers aspects liés à la digitalisation. Il est particulièrement étonnant que la plupart des présidents de conseils d'administration interrogés aient tendance à classer les compétences digitales comme étant peu importantes lorsqu'il s'agit de nommer les membres du conseil. L'étude a également examiné la composition des conseils d'administration et la rémunération de ses membres.

L'étude dresse un tableau de la situation avant la crise liée au coronavirus. L'enquête s'est déroulée en janvier et février 2020. Ce regard dans les coulisses des PME suisses montre que différentes étapes de la transformation numérique peuvent être observées. De nombreuses PME sont encore dans la première moitié du chemin vers la digitalisation.

Comme le montre l'étude de BDO, les compétences en matière de digitalisation ne jouent qu'un rôle mineur dans la composition du conseil d'administration. La plupart des présidents de conseils d'administration interrogés ont estimé que cet aspect n'était «pas du tout important» ou «peu important». En outre, une nette majorité a déclaré qu'aucun membre de conseil d'administration n'est spécifiquement responsable de la digitalisation. Seuls 30% des conseils d'administration ont défini un membre en charge de la digitalisation. Ce résultat est surprenant, d'autant plus que l'on peut supposer que les entreprises doivent s'assurer qu'elles disposent des ressources nécessaires pour maintenir leur compétitivité sous l'influence de la digitalisation. La crise liée au coronavirus a confirmé l'importance de la digitalisation pour le fonctionnement des entreprises.
 

Pas de rajeunissement des conseils d'administration

Lors de changements disruptifs tels que la digitalisation, de nombreuses années d'expérience professionnelle n'offrent qu'une valeur ajoutée limitée, et les approches traditionnelles peuvent même constituer une entrave. Néanmoins, la répartition de la structure d'âge des conseils d'administration montre que la plupart des PME attachent plus d'importance à conserver des membres expérimentés plutôt qu'à accepter de nouveaux membres plus jeunes. Seuls 10% des membres de conseils d'administration de PME suisses ont moins de 40 ans; un tiers des membres ont 60 ans ou plus. En comparaison avec 2017, on observe donc relativement peu de changements.
 

La part des femmes est légèrement plus élevée

La proportion de femmes dans les conseils d'administration est de 16% et a donc de nouveau augmenté après une légère baisse en 2017 (14%). La proportion la plus élevée de femmes est de 21% dans les CA d'entreprises de maximum 10 employés. Au vu de l'évolution dans le temps, on peut dire qu'il y a eu une augmentation significative, bien que très lente, de la proportion de femmes dans les conseils d'administration de PME suisses. Le doublement de la proportion de femmes par rapport aux 7% initiaux en 1996 a pris environ 20 ans. En ce qui concerne la digitalisation, il est intéressant de se pencher sur les femmes plus jeunes: il existe au sein du conseil d'administration une corrélation positive entre la représentation des femmes jusqu'à 39 ans et la mise en œuvre de la digitalisation de l'entreprise. 
 

CHF 22'000 d'honoraires moyens pour les membres de conseils d'administration

Les membres d'un conseil d'administration de PME comptant au maximum 1'000 employés en Suisse gagnent en moyenne un peu plus de CHF 22'000 par an. Avec environ CHF 29'500 (environ CHF 30'700 en 2017), la rémunération versée au président du conseil d'administration est sensiblement plus élevée que pour les autres postes du conseil. Ce chiffre moyen cache des différences importantes entre les entreprises. Alors que 20% de tous les présidents de conseil d'administration reçoivent plus de CHF 30'000 par an, 6% même plus de CHF 100'000, les 80% restants ne reçoivent que CHF 30'000 ou moins pour leur fonction de gestion et de contrôle; 45% ne reçoivent même pas plus de CHF 10'000.

Les rémunérations des présidents et des délégués de conseils d'administration étaient relativement éloignées en 2017. L'enquête de cette année montre que les chiffres ont de nouveau légèrement convergé. Un délégué du CA reçoit en moyenne CHF 28'200 (CHF 27'200 en 2017). Les vice-présidents, les membres de comités du conseil d'administration et les membres ordinaires du conseil d'administration sont rémunérés en moyenne entre CHF 15'000 et 17'000.

 

Téléchargez l'étude dès maintenant gratuitement sur www.bdo.ch/etude-cda

 


 

A propos de l'étude

L'étude des conseils d'administration a été menée en collaboration avec l'Institut suisse pour les petites et moyennes entreprises de l'Université de Saint-Gall. La dixième édition de l'étude BDO des conseils d'administration, qui est réalisée depuis 1995, se fonde sur les données de 667 PME et sociétés anonymes (SA) de taille moyenne employant au maximum 1'000 collaborateurs. L'enquête a été menée en janvier et février 2020 et les données ont été évaluées par l'Institut suisse pour les petites et moyennes entreprises (KMU-HSG) de l'Université de Saint-Gall.

 

BDO SA

BDO SA est l’une des plus importantes sociétés suisses d’audit, de services fiduciaires et de conseil. Ses compétences clés englobent les prestations d’audit, les services fiduciaires, le conseil fiscal et juridique ainsi que le conseil d’entreprises. Avec ses 34 succursales, BDO dispose du réseau le plus dense de la branche. La proximité et la qualité des compétences sont des valeurs essentielles pour ses 1'300 collaborateurs. De cela découle des relations durables avec les clients. BDO SA révise et conseille des entreprises actives dans les secteurs de l’industrie et des services, notamment des PME, des sociétés cotées en bourse, des administrations publiques et des organisations à but non lucratif.

Le réseau international BDO, qui couvre plus de 160 pays, est à disposition des entreprises orientées vers l’international. BDO SA a son siège principal à Zurich et est le membre suisse, juridiquement indépendant, du réseau international BDO, dont le siège est à Bruxelles (Belgique).