Ce site utilise des cookies pour vous offrir un service plus personnalisé et mieux adapté à vos besoins. En naviguant sur ce site, vous acceptez l’utilisation de nos cookies. Veuillez lire notre Déclaration de protection des données en ligne si vous souhaitez davantage d’informations sur les cookies que nous utilisons et sur la manière de les supprimer ou de les bloquer.
  • NPO Lettre 1/2020
Publication:

NPO Lettre 1/2020

19 octobre 2020

Les volontaires et les bénévoles

 

Réussir ensemble

Nombreux sont les projets émanant de fondations, d'associations et d'organisations à but non luctratif (NPO) qui ne pourraient être mis sur pied ni être réalisés sans engagement à titre honorifique et travail bénévole. Trouver la bonne réparation entre professionnalisme, bénévolat et fonction honorifique n'est pas une tâche aisée. Le travail bénévole et l'engagement dans une planification honorifique exigent une planification et une gestion rigoureuses pour éviter des malentendus, les frustrations et des conflits.

 

Le travail bénévole, un plus pour chaque institution

La Suisse a une longue tradition d’engagement bénévole et de fonction honorifique. Cette organisation de milice représente, avec la démocratie directe et le fédéralisme, l’assise du système helvétique. Près d’un quart de la population suisse de plus de quinze ans s’engage bénévolement en faveur d’une association ou d’une organisation. Une personne sur dix exerce une fonction honorifique, ce qui signifie qu’elle assume – de sa propre initiative – une tâche formellement bénévole. Le bénévolat comprend toutes les formes de travail non rémunéré, librement choisi et limité dans le temps qui se déroulent en dehors du cadre familial. Il se démarque ainsi du travail rémunéré au prix du marché, qui constitue ce qu’on appelle communément l’activité professionnelle. Dans le domaine des NPO également, l’engagement bénévole devrait compléter et non concurrencer le travail rémunéré. Le système de milice repose sur la conception et la conviction que des citoyennes et des citoyens qualifiées peuvent assumer des fonctions publiques, afi n d’exercer des tâches étatiques et sociétales selon leurs facultés propres. La présence de bénévoles au sein des organes de direction honorifiques étend le réseau des organisations vers la sphère politique et le monde économique. L’apport de compétences professionnelles diversifiées à la direction enrichit une institution. L’engagement de collaborateurs bénévoles implique une charge de travail personnelle et, dans une moindre mesure, financière, qui s’avère toujours fructueuse.

Grâce au recours au bénévolat, les organisations à but non lucratif économisent du temps et des ressources spécialisées. Les collaborateurs bénévoles enrichissent une organisation par leur expérience personnelle ou leurs aptitudes et compétences spécifiques. Ils facilitent l’ancrage de l’institution dans la population, façonnent son image et agissent comme multiplicateurs.

L’implication peut être limitée à la durée d’un projet ou s’étendre à une collaboration à plus long terme. Des groupes qui, auparavant, étaient peu actifs et plutôt éloignés des institutions, peuvent également être impliqués. Tout l’art réside dans le ficelage d’un paquet qui plaise à chacune. Une mission de bénévolat offre aux jeunes une excellente opportunité d’accéder au monde du travail. Ils glanent ainsi quelques premières expériences qui leur serviront plus tard. Mais les institutions ne doivent pas, pour l’accomplissement de leurs activités principales, considérer l’engagement de bénévoles comme la solution du fait de sa gratuité. Le travail bénévole doit être planifié à titre complémentaire.
 

Lire l'article