Ce site utilise des cookies pour vous offrir un service plus personnalisé et mieux adapté à vos besoins. En naviguant sur ce site, vous acceptez l’utilisation de nos cookies. Veuillez lire notre Déclaration de protection des données en ligne si vous souhaitez davantage d’informations sur les cookies que nous utilisons et sur la manière de les supprimer ou de les bloquer.

Environnement

Gestion des risques en temps de crise

Lors d’événements imprévus tels que la pandémie actuelle, les entreprises et les organisations se retrouvent confrontées à de nouveaux défis. La gestion des risques contribue à donner un aperçu structuré et documenté de la situation actuelle en matière de risques et aide les cadres dirigeants dans le processus de décision. Qui connaît les risques auxquels il s’expose est en mesure de réduire les répercussions négatives que peuvent avoir des événements critiques et d’offrir ainsi une sécurité pour l’entreprise. En temps de crise, il est primordial de garantir les liquidités. Ce constat se vérifie particulièrement pendant la crise actuelle.

Plus que jamais, la capacité d’adaptation d’une entreprise se révèle être le fondement de son succès durable. Il s’agit de réagir rapidement à l’instabilité et aux événements particuliers, mais aussi au changement et à l’innovation.

L’adaptabilité comme accélérateur de la transformation digitale

La crise du Covid a donné une poussée supplémentaire à la transformation digitale. Il s’est avéré que des facteurs fondamentaux tels qu’une infrastructure informatique moderne, le télétravail, le e-business et l’élaboration d’une base de clients contribuent au succès d’une entreprise. La digitalisation des processus dans tous les domaines de l’entreprise est cruciale pour le succès à long terme. Pour BDO, les investissements effectués dans l’infrastructure digitale sont payants, particulièrement en cette période de crise majeure. De plus, BDO œuvre depuis un certain temps déjà pour une place de travail flexible et dispose de l’infrastructure technologique, culturelle et opérationnelle lui permettant de fonctionner, si nécessaire, à distance.

Organisation et droit du travail

Depuis quelques années, le travail à domicile occupe de plus en plus le devant de la scène. Travailler depuis la maison offre de nombreux avantages - mais il existe aussi des risques en matière de confidentialité et de protection des données. Il est recommandé à tout employeur permettant ce modèle de travail de mettre en place un cadre réglementé écrit concernant le home office. Un règlement écrit réduit non seulement les risques, mais peut aussi contribuer à accroître l’attractivité d’un employeur.

Dans le contexte actuel, les réductions de l’horaire de travail et les allocations pour perte de gain due au coronavirus sont (et restent) des questions essentielles. Chaque jour, l’activité de conseil révèle les incertitudes qui pèsent sur l’économie et la population et constate le flot d’interrogations liées au droit du travail.

Changements au sein de BDO

Depuis le 1er janvier 2021, Thomas Studhalter est le nouveau CEO de BDO. Il succède à Werner Schiesser qui a quitté la direction de l'entreprise après dix ans de travail fructueux et à l'expiration de son mandat. En raison de la limitation de la durée des mandats, deux autres changements au sein du Directoire de BDO sont effectifs au 1er janvier 2021. Les deux responsables des lignes produits Fiduciaire, Markus Helbling, et Audit, Martin Nay, ont cédé leurs responsabilités et quitté le Directoire de BDO. Tous deux continueront d'apporter leurs connaissances et leur expérience à BDO en tant que collaborateurs des départements Fiduciaire et Audit. Leur succession au sein du Directoire est assurée par Marcel Rohrer en qualité de responsable Fiduciaire et Beat Rüfenacht en tant que responsable Audit.

Tolérance et estime: des notions fondamentales pour BDO

Étant donné que les personnes qui travaillent ensemble viennent d'horizons toujours plus différents, les entreprises attachent une importance croissante à la diversité. BDO est une entreprise ouverte à tous, indépendamment de l’âge, du genre, de l’origine, de la religion ou de l’orientation sexuelle. Nous encourageons le vivre-ensemble en favorisant un environnement de travail inclusif et diversifié et en traitant les personnes avec respect et sans préjugé. C'est uniquement lorsque tous les collaborateurs peuvent développer leur potentiel et apporter leurs différents points de vue et expériences qu'il est possible de générer une réelle valeur ajoutée et de nouvelles idées. Découvrez ici comment les collaboratrices et les collaborateurs de BDO perçoivent la tolérance et l’estime.
 

«La diversité revêt différentes dimensions. C'est la raison pour laquelle la mise en œuvre de la diversité n’est ni une question exclusivement féminine ni uniquement l’affaire de la direction. La diversité nous concerne tous.»

À travail égal, salaire égal: une évidence pour les employeurs?

Bien que l’égalité juridique des femmes et des hommes soit une évidence dans notre pays, cette question est légitime. La loi fédérale sur l’égalité des femmes et des hommes (Loi sur l’égalité) vise à faciliter la mise en œuvre du droit à un salaire égal pour un travail de valeur égale. Néanmoins, à ce jour, une différence de salaire demeure entre les deux sexes. Les statistiques le prouvent. Grâce à des mesures étatiques, les modifications apportées à la loi sur l’égalité devraient concrétiser l’égalité des salaires entre hommes et femmes. Les employeuses et les employeurs sont ainsi tenus de réaliser une analyse de l’égalité des salaires à l’interne, dont les résultats doivent être vérifiés par une société de révision agréée, l'organe représentant les employés ou une organisation qui a pour but de promouvoir l'égalité entre hommes et femmes. Il faut espérer que l'égalité des femmes et des hommes supposée évidente dans la vie professionnelle se vérifiera également dans la réalité.

Étude BDO des conseils d’administration

Pour la première fois, l’Étude BDO des conseils d’administration 2020 a abordé différents aspects liés à la digitalisation. Il est particulièrement étonnant de constater qu’en général, la majorité des présidents de conseil d’administration interrogés évaluent le savoir-faire digital des membres de leur CA comme un critère peu important. La proportion de femmes dans les conseils d’administration a légèrement augmenté pour s’établir à 16%, mais cela constitue toujours un niveau très bas. Cette étude réalisée régulièrement depuis 1995 analyse par ailleurs la composition des comités et les rémunérations financières.

Les entreprises suisses sont-elles prêtes pour satisfaire aux nouvelles exigences en matière de protection des données?

La révision totale de la loi fédérale sur la protection des données a été approuvée par le Parlement le 25 septembre 2020. Cette date marque le début d’une nouvelle ère pour les entreprises suisses. À l'avenir, les entreprises seront tenues de documenter le traitement de données personnelles et d'évaluer les risques liés à la protection des données. De plus, des mesures techniques et organisationnelles devront être prises quant à la sécurité des données. Les devoirs d'annonce, de renseignement et d'information seront renforcés. La direction de l'entreprise sera désormais responsable à titre personnel et sur le plan pénal du respect des nouvelles exigences. Lorsque des failles sont constatées, les amendes pourront aller jusqu'à CHF 250'000. Le test «protection des données» de BDO est gratuit et permet aux entreprises d’obtenir un aperçu immédiat de leur situation.


Heinz Vogel, Président du Conseil d’administration de BDO